svmed logo

Organisme affilié à la Société Vaudoise de Médecine

Fermer la bannière

Communication externe

Découvrez les publications presse, interviews, articles de l’association MFVaud ou des articles transmis par nos membres :

  • Santé en Suisse, qui veut gagner des millions – émission “Temps présent” du 26.09.2019

Retrouvez l’émission avec une interview du Président de MF Vaud, Dr Sébastien Jotterand.

Thème :

15% de leur budget, c’est désormais ce que les Suisses consacrent à leur santé et c’est énorme. La hausse des primes, légère cette année, reprendra dès 2021 inexorablement. Est-ce vraiment une fatalité ? Notre système est devenu le plus inégalitaire d’Europe pour les citoyens mais il l’est aussi pour les médecins : la surveillance imposée par les assureurs – au nom du contrôle des coûts – atteint surtout les généralistes alors que les spécialistes, parfois millionnaires, peuvent justifier des revenus exorbitants.

https://pages.rts.ch/emissions/temps-present/10625850-sante-en-suisse-qui-veut-gagner-des-millions.html#10685498

  • Quatre hôpitaux, privatisés, se sont déclarés en faillite aux Pays-Bas

https://www.rts.ch/info/monde/9949646-quatre-hopitaux-privatises-se-sont-declares-en-faillite-aux-pays-bas.html

  • Des médecins vaudois exaspérés par les médecins-conseil des assurances – émission Forum du 22.10.2018 – RTS

De nombreux généralistes vaudois ont une appréciation négative du rôle des médecins-conseil auprès des caisses maladie, indique un sondage réalisé par la Société vaudoise de médecine (SVM) qui appelle à revoir le système.

Un fort mécontentement envers les médecins-conseils d’assurances se dégage du sondage paru dans l’édition d’octobre du Courrier du médecin vaudois (CMV).

La majorité des 800 médecins généralistes vaudois interrogés ne remettent pas en question, sur le principe, le rôle de garde-fou du médecin-conseil, qui met son expertise médicale au profit d’une caisse maladie pour avaliser ou pas le remboursement des frais.

Les sondés sont en revanche nombreux à déplorer, pêle-mêle, les lourdeurs administratives et les pressions financières de certaines caisses-maladie qui, selon eux, ne permettraient pas au médecin-conseil d’exercer sa fonction de manière indépendante et efficace.

Demandes de justification mal comprises

Près de la moitié des participants au sondage font état d’un refus “incompréhensible ou inacceptable” d’un traitement qu’ils ont prescrit. A l’inverse, seule une minorité considèrent que l’intervention du médecin-conseil a été utile pour adapter un traitement dans l’intérêt du patient, ou pour réduire le coût de son traitement sans lui nuire.

De nombreux sondés estiment être trop souvent sollicités par les médecins-conseil des assurances pour justifier des traitements, et la moitié considèrent que ces demandes ne sont pas toujours compréhensibles.

Certaines caisses maladie pratiqueraient les refus de principe, suivies de discussions “chronophages” sur le bien-fondé du traitement, qui finiraient par aboutir à la prise en charge de la prestation dans plus d’un quart des cas.

Disparités entre les caisses maladie

Selon l’étude, il existerait d’importantes disparités difficilement explicables entre les caisses maladie au niveau des remboursements, certaines opposant un refus systématique non motivé à certains types de traitement, d’autres encore demandant de justifier le même chaque année.

Pour la plupart des médecins sondés, le rôle du médecin-conseil pourrait être utile s’il avait un contact direct avec le médecin traitant, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Sept sondés sur dix déplorent ainsi de ne même pas connaître le nom du médecin-conseil – certaines caisses maladie refuseraient de le communiquer – et une majorité le trouvent difficile à atteindre.

Les généralistes interrogés s’étonnent encore de recevoir des courriers signés par du personnel administratif de la caisse maladie, et non par le médecin-conseil en personne, ce qui pose la question du secret médical.

Le sondage sera mené au niveau romand

Face à ce constat qu’elle juge “accablant et assez général”, la Société vaudoise de médecine (SVM) prévoit de mener le même sondage à l’échelle de la Suisse romande. Elle appelle aussi à revoir de fond en comble la fonction du médecin-conseil, en le dissociant des caisses maladie.

“Pas de bonus chez les médecins-conseil”
Cité dans le Courrier du médecin vaudois, le président de la Société suisse des médecins-conseil et
médecins d’assurances (SSMC), le Dr Jürg Zollikofer, répond aux reproches qui ressortent du sondage,
notamment en ce qui concerne les doutes quant à l’indépendance des médecins-conseil.

Il affirme qu’au nom de l’article 57 de la LAMal, “les médecins-conseils évaluent les cas en toute
indépendance” et que “ni les assureurs, ni les fournisseurs de prestations, ni leurs fédérations ne peuvent
leur donner de directives”. Le président de la SSMC ajoute que les honoraires fondés sur le résultat de
l’exercice annuel de l’assureur sont interdits, et qu’il n’y a donc pas de bonus chez les médecins-conseil.

En ce qui concerne les différences d’appréciations sur des cas apparemment similaires, le Dr Jürg
Zollikofer rappelle que “la liberté de thérapie est accordée au prestataire” et qu”aucun cas n’est tout à fait
identique, même s’il a l’air semblable à un autre”.

  • Rôle des médecins-conseils: débat entre Philippe Eggimann et Felix Schneuwly – émission Forum du 22.10.2018 – RTS

Débat entre Philippe Eggimann, président de la société vaudoise de médecine, et Felix Schneuwly, expert en assurance chez comparis.ch.

  • Article du 24 heures, 29.09.2018, “la garde est un service que nous rendons à la population” par Yseult Théraulaz:

pages_24_25_24heures_REGION_2018-09-29 La garde

  • Désir de Mort des résidents en EMS :
    • Tribune de Genève, 23.08.2018, Caroline Zuercher

Tribune de Genève 23.08.2018

    • Journal télévisé RTS du 28.08.2018 sur ce même thème

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/personnes-agees-et-le-gout-de-vivre–selon-une-nouvelle-etude-80-des-personnes-en-ems-veulent-continuer-a-profiter-de-la-vie-?id=9807843&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da

  • Article du 24 heures, 05.05.2018, “Maillard révolutionne la garde médicale” par Yseult Théraulaz :

24 heures – Maillard revolutionne la garde médicale – 05.05.2018

  • Article en réponse à l’intervention à la RTS du Président de la SVM :

Nouveau Tarmed – CMV – Février 2018

  • Article de Pro mente sana au sujet de l’excès de pouvoir des médecins “experts” des assurances pertes de gain. Cet article a été diffusé dans les news de la société neuchâteloise de médecine. Pro Mente Sana est une association romande de défense d’intérêts de la cause des personnes qui souffrent de maladie psychique. Elle répond lors de permanences téléphoniques gratuites aux questions d’ordre juridique et psychosocial, au grand public, aux personnes concernées et aux professionnels. http://www.promentesana.org/wq_pages/fr/association/le-comite.php

Article – Pro mente sana – 2018

  • Interview de Sébastien Jotterand, président de MFVaud, dans “On en parle” le 19.04.2017 sur la RTS

Dis maman, à quoi ça sert un médecin de famille?

Trouver un médecin généraliste qui accepte de “vous prendre” dans sa patientèle, ce n’est pas une mince affaire ! On parle souvent de pénurie de généralistes alors que les caisses maladie favorisent le modèle du médecin de famille pour facturer des primes plus basses. Mais finalement, faut-il absolument avoir un médecin de famille? Comment en trouver un quand beaucoup n’acceptent plus de nouveaux patients.